NEWSLETTER NOVEMBRE 2016

Catégorie : Newsletter
13 décembre 2016, Commentaires : 0

Export : se conformer au nouveau tableau nutritionnel américain

Entrée en vigueur depuis mai 2016, la nouvelle réglementation américaine sur l’étiquetage nutritionnel se caractérise par la mise à jour du tableau nutritionnel « Nutrition Facts ». De nouvelles exigences que les fabricants exportant outre-Atlantique doivent dès à présent prendre en considération. « Globalement, en termes de structure, le tableau reste le même. Quelques informations ont été mises à jour suite aux avancées scientifiques et d’autres ont été présentées différemment », signale d’emblée Amine El Orche, consultant scientifique et réglementaire au sein de la société d’experts en nutrition LRBEVA Nutrition, qui accompagne les entreprises agroalimentaires dans la mise en conformité des étiquetages de produits destinés à l’export.

Ainsi, la charte du tableau nutritionnel a été revue dans le cadre du projet de lutte contre l’obésité lancé par Michèle Obama. Le taux de calories a été mis en évidence. Une ligne a été également insérée pour indiquer les niveaux de sucres ajoutés. « Auparavant seuls les sucres totaux étaient mentionnés, mais ces derniers ne mentionnaient pas la quantité de sucres ajoutés en plus», remarque Amine El Orche. De plus, la mention des vitamines A et C a été remplacée par celle de la vitamine D et du potassium, les scientifiques ayant mis en exergue que la population américaine n’était plus vraiment déficiente en vitamines A et C. Les niveaux de Fer et de Calcium restent cependant toujours indiqués.

Autre précision, l’indication des valeurs nutritionnelles doit se faire par portion, contrairement au règlement européen Inco qui demande un affichage pour au moins 100 grammes de produit. Les portions de référence sont fixées par la Food and Drug Administration (FDA) pour chaque catégorie de produit. Les fabricants exportant leurs produits aux États-Unis ont jusqu’au 26 juillet 2018 pour se mettre en conformité avec ces évolutions réglementaires.

A noter que les différences entre les réglementations américaine et européenne seront présentées par les sociétés LRBEVA Nutrition (Foodinnov Group) et le cabinet de conseil en développement international Altios International lors d’une journée dédiée à l’export des produits agroalimentaires aux États-Unis à Nantes le 8 décembre prochain.

Lien vers l’article

 

NOUVEAUX TEXTES

Viandes

 

  • Boissons

 

 

  • Végétaux

 

 

  • Eaux

 

 

  • Nouveaux Aliments

 

 

  • Produits laitiers

 

 

  • Alimentation Animale

 

 

  • Corps gras

 

  • Produits chimiques
  • Actualités Réglementaires
  • L’Efsa vient de publier un avis concernant les effets sur la santé de l’acide érucique.

 

Dans les rayons, le lait était périmé-depuis-20-mois.

 

Le Dauphiné.com rapporte le 29 novembre 2016 que « Dans les rayons, le lait était périmé depuis 20 mois ».

Une palette complète de briques Viva de Candia était en vente en début de semaine dans une grande surface de Belfort. Plusieurs clients en ont acheté, et l’un d’eux affirme être victime d’une intoxication alimentaire.

C’est une drôle de mésaventure à laquelle sont confrontés des clients d’une grande surface de Belfort. En début de semaine, ils ont pu acheter des packs de six briques de lait Viva de Candia, vendus en promotion à 5,22 l’unité. Mais ces packs étaient en fait périmés depuis le 15 mars 2015. Soit 20 mois.

Les packs de lait étaient proposés sur une palette, dans le magasin, relatent nos confrères de l’Est Républicain.

En ouvrant la brique, certains consommateurs ont remarqué que le lait était caillé. D’autres l’ont bu sans se méfier. L’un d’eux affirme être victime d’une intoxication alimentaire après avoir consommé ce lait, mercredi matin, et a fait établir un certificat médical pour le prouver.

Une double enquête a été ouverte chez Candia et dans le magasin. Le but est de déterminer comment la palette de lait a pu être livrée lundi à l’enseigne. La grande surface veut comprendre aussi pourquoi la date limite de consommation n’a pas été vérifiée avant la mise en vente.

Des clients ont déjà pris contact avec UFC Que Choisir et envisagent de saisir les services de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes.

Lien vers l’article

 

Vous êtes intéressé(e) par nos articles ?
Obtenez un accès via

contactfac@groupecarso.com

 

Comments are closed.